Keywords: Énergie nucléaire
Niveau: Belgique
Publié: 12/2014
Auteur: Greenpeace
Bureau: Smart Matters

Depuis Fukushima, il apparaît évident que l’énergie nucléaire n’est pas infaillible. Partant de ce constat, les autorités et la société belges devraient envisager l’impensable et agir en conséquence. Ce rapport présente pour la première fois une simulation de ce que pourraient être les préjudices écologiques et économiques en cas de catastrophe nucléaire à Doel. Un tel désastre affecterait quelque neuf millions d'habitants dans un rayon de 75 km, à savoir la région la plus densément peuplée d'Europe.

Sur base des résultats de ce rapport, nous avons conclu qu’un désastre nucléaire à grande échelle (tel que Fukushima) à Doel coûterait entre 740 et 1 400 billions d’euros. Le site de Doel se situe au cœur économique de la Flandre et de la Belgique et jouxte la plus grande concentration d’entreprises pétrochimiques ainsi que le second plus grand port à conteneurs d’Europe. En outre, un désastre à Doel signifierait la perte d’un quart de la capacité de production d’électricité.

Ces coûts représentent plus de 200 % du PIB de la Belgique et impliqueraient la faillite virtuelle du pays. Le site de Doel est par conséquent le plus vulnérable d’Europe.

Rapport (NL) > Link
Rapport (FR) > Link