Keywords: Énergie nucléaire
Niveau: Belgique
Publié: 01/2015
Auteur: Greenpeace
Bureau: Acro

Tant lors de la catastrophe nucléaire de Chernobyl que celle de Fukushima, plus de 100 000 personnes ont dû être évacuées et ce, jusqu’à 50 km de la centrale. Les conséquences sociales, économiques et politiques ont été considérables pour les deux pays, et il en sera encore de même pendant plusieurs décennies. Pourtant, si l’on se base sur les recherches concernant les préparations à l’évacuation et l’évacuation même après la catastrophe nucléaire de Fukushima, on observe que les autorités japonaises n’ont pas tiré les leçons de la catastrophe de Chernobyl.

Il est essentiel de ne pas sous-estimer l’importance d’une planification des interventions d’urgence, qui devrait en outre couvrir tous les scénarios possibles. Nous ne devrions pas non plus négliger les leçons d’une catastrophe complexe telle que celle de Fukushima – et les conséquences d’un mauvais plan d’urgence. La Belgique est-elle bien préparée à faire face à une catastrophe nucléaire de grande ampleur sur son propre territoire mais aussi sur celui de ses voisins ? Nos plans d’urgence prennent-ils bien en compte tous les scénarios possibles, y compris les situations les plus complexes – et sont-ils vraiment réalistes ?


Rapport (NL) > Link
Rapport (FR) > Link