Viewing entries tagged
Énergie nucléaire

Mise à jour des sensitivités dans l'étude Energyville : Energy transition in Belgium : Choices and Costs

Mise à jour des sensitivités dans l'étude Energyville : Energy transition in Belgium : Choices and Costs

Keywords: Énergie nucléaire, Sécurité d'approvisionnement, Électricité, Plan à long terme
Niveau: Belgique
Publié: 02/2018
Auteur: IEW, BBL
Bureau: Energyville

Les organisations environnementales Bond Beter Leefmilieu (BBL), Greenpeace et Inter-Environnement Wallonie (IEW) ont demandé au centre de recherche EnergyVille de réaliser une mise à jour de l’étude énergétique qu’elle avait réalisée pour Febeliec en janvier 2017. Cette mise à jour a été réalisée dans le cadre du débat en cours sur le pacte énergétique.

Pour cette étude et sa mise à jour, EnergyVille a utilisé le système TIMES de modélisation technico-économique de l’énergie. TIMES calcule les scénarios les plus rentables qui sont techniquement réalisables en tenant compte de toutes les hypothèses.

Cette mise à jour permet d’intégrer la diminution rapide du prix des énergies renouvelables, ainsi que les dernières estimations du prix du gaz. EnergyVille a également laissé tourner le modèle jusqu’en 2040 afin de pouvoir comparer le coût d’une sortie du nucléaire en 2035 ou en 2025. Enfin, nous avons calculé la probabilité d’une indisponibilité d’un ou deux réacteurs nucléaires et l’impact de cette indisponibilité temporaire.

 

Rapport (EN) > Link
Résumé (FR) > Link
Résumé (NL) > Link

Pourquoi l'énergie nucléaire est une mauvaise idée

Pourquoi l'énergie nucléaire est une mauvaise idée

Keywords: Énergie nucléaire, Changement climatique
Niveau: Belgique
Publié: 02/2016
Auteur: BBL, IEW
Bureau: -

L’énergie nucléaire pollue, est dangereuse et non démocratique. Elle n’a pas sa place dans cet avenir énergétique.. Mais les centrales n’émettent pas de CO2, non ? Pourquoi dans ce cas, n’est-ce pas une solution durable? Quelle est la situation des centrales nucléaires belges ? Pourquoi les organisations environnementales se s’opposent-elles toutes avec tant de force à la prolongation de ces vieilles centrales?

Vous trouverez les réponses à ces questions dans le dossier Pourquoi l’énergie nucléaire est une mauvaise idée ainsi que tous les arguments pour arriver à bout de l’énergie nucléaire et choisir définitivement un avenir énergétique sûr et propre.


Briefing (NL) > Link
Briefing (FR) > Link

 

9 mythes sur la transition énergétique allemande réfutés

9 mythes sur la transition énergétique allemande réfutés

Keywords: Énergie renouvelable, Combustibles fossiles, Émissions, Subsides, Allemagne, Énergie nucléaire, Mythes
Niveau: Belgique, Europe
Publié: 11/2015
Auteur: WWF, Greenpeace, BBL
Bureau: -

Le Gouvernement allemand a lancé son Energiewende en 2011. Principalement, il a décidé de :

  • Fermer tous ses réacteurs nucléaires dès 2022
  • Réduire ses émissions de CO2 globales de 40% en 2020 et de 80-95% en 2050
  • S’engager sur la voie de l’efficacité énergétique et des renouvelables

Est-ce que les allemands vont être capables de réduire leurs émissions de CO2 tout en sortant du nucléaire ? A quel prix ? Est-il possible d’intégrer une part si importante d’énergie renouvelable dans le réseau électrique tout en assurant sa sécurité d’approvisionnement ? Quel est le rôle du citoyen allemand dans cette transition ? Quel est son impact économique ?

On a pu lire toutes sortes de réponses à ces questions. Dans ce briefing, nous nous concentrons sur quelques-unes des histoires les plus souvent entendues à propos de l’Energiewende. Nous en profitons pour en retirer une série de recommandations à destination des politiques belges.


Brochure (NL) > Link
Brochure (FR) > Link

 

The Energy [R]evolution 2015

The Energy [R]evolution 2015

Keywords: Énergie renouvelable, Énergie nucléaire
Niveau: International
Publié: 11/2015
Auteur: Greenpeace, Global Wind Energy Council, SolarPowerEurope
Bureau:


Pour rester sous le seuil des 2°C, les émissions de carbone ne doivent désormais pas dépasser les 1000 gigatonnes, selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Mais si le volume de consommation actuel est maintenu, notre « budget carbone » sera entièrement épuisé d’ici 2040.

L’approvisionnement énergétique connaît actuellement une évolution dynamique – mais cette évolution doit être accélérée. Ce scénario [R]évolution énergétique propose une feuille de route pour une transition vers des sources d’énergie 100 % renouvelables, permettant ainsi de mettre fin aux émissions de CO2, d’éliminer progressivement l’énergie nucléaire, et de rendre inutile toute nouvelle exploitation pétrolière en Arctique et dans les eaux profondes, telle que celle qui a lieu au large du Brésil.

Ce scénario montre également qu’une telle transformation augmente la création d’emplois dans le secteur énergétique. Une réalité que nous documentons en France avec nos enquêtes et reportages sur les projets d’énergie renouvelable déjà en place dans les territoires.

Rapport (EN) > Link
Samenvatting (EN) > Link
Key Messages (EN) > Link

 

Insuffisance des plans d'urgence nucléaire belges : les leçons de la catastrophe de Fukushima n'ont pas été tirées

Insuffisance des plans d'urgence nucléaire belges : les leçons de la catastrophe de Fukushima n'ont pas été tirées

Keywords: Énergie nucléaire
Niveau: Belgique
Publié: 01/2015
Auteur: Greenpeace
Bureau: Acro

Tant lors de la catastrophe nucléaire de Chernobyl que celle de Fukushima, plus de 100 000 personnes ont dû être évacuées et ce, jusqu’à 50 km de la centrale. Les conséquences sociales, économiques et politiques ont été considérables pour les deux pays, et il en sera encore de même pendant plusieurs décennies. Pourtant, si l’on se base sur les recherches concernant les préparations à l’évacuation et l’évacuation même après la catastrophe nucléaire de Fukushima, on observe que les autorités japonaises n’ont pas tiré les leçons de la catastrophe de Chernobyl.

Il est essentiel de ne pas sous-estimer l’importance d’une planification des interventions d’urgence, qui devrait en outre couvrir tous les scénarios possibles. Nous ne devrions pas non plus négliger les leçons d’une catastrophe complexe telle que celle de Fukushima – et les conséquences d’un mauvais plan d’urgence. La Belgique est-elle bien préparée à faire face à une catastrophe nucléaire de grande ampleur sur son propre territoire mais aussi sur celui de ses voisins ? Nos plans d’urgence prennent-ils bien en compte tous les scénarios possibles, y compris les situations les plus complexes – et sont-ils vraiment réalistes ?


Rapport (NL) > Link
Rapport (FR) > Link

 

Impact économique d'un désastre nucléaire à Doel

Impact économique d'un désastre nucléaire à Doel

Keywords: Énergie nucléaire
Niveau: Belgique
Publié: 12/2014
Auteur: Greenpeace
Bureau: Smart Matters

Depuis Fukushima, il apparaît évident que l’énergie nucléaire n’est pas infaillible. Partant de ce constat, les autorités et la société belges devraient envisager l’impensable et agir en conséquence. Ce rapport présente pour la première fois une simulation de ce que pourraient être les préjudices écologiques et économiques en cas de catastrophe nucléaire à Doel. Un tel désastre affecterait quelque neuf millions d'habitants dans un rayon de 75 km, à savoir la région la plus densément peuplée d'Europe.

Sur base des résultats de ce rapport, nous avons conclu qu’un désastre nucléaire à grande échelle (tel que Fukushima) à Doel coûterait entre 740 et 1 400 billions d’euros. Le site de Doel se situe au cœur économique de la Flandre et de la Belgique et jouxte la plus grande concentration d’entreprises pétrochimiques ainsi que le second plus grand port à conteneurs d’Europe. En outre, un désastre à Doel signifierait la perte d’un quart de la capacité de production d’électricité.

Ces coûts représentent plus de 200 % du PIB de la Belgique et impliqueraient la faillite virtuelle du pays. Le site de Doel est par conséquent le plus vulnérable d’Europe.


Rapport (NL) > Link
Rapport (FR) > Link

 

Coûts et bénéfices réels des énergies conventionnelles et renouvelables

Coûts et bénéfices réels des énergies conventionnelles et renouvelables

Keywords: Énergie renouvelable, Subsides, Énergie nucléaire, Combustibles fossiles
Niveau: Belgique
Publié: 04/2014
Auteur: WWF, Eneco
Bureau: 3E

Cette étude analyse le soutien des autorités belges aux énergies traditionnelles (fossiles et nucléaires) et renouvelables sur un siècle (1950-2050). Cet exercice est le premier du genre en Belgique. L’étude montre que le soutien à l’énergie a toujours été une politique courante mais les énergies fossile et nucléaire ont bénéficié d’un soutien beaucoup plus important sur une période d’un siècle. En 2010, seuls 6% environ du soutien a été dédié aux économies d’énergies contre 48% aux combustibles fossiles sous forme de déduction d’impôts. Le nucléaire a surtout bénéficié d’un soutien indirect via une rente nucléaire bénéficiant d’impôts limités ou nuls.


Rapport (EN) > Link
Infographic (NL) > Link

 

Tout (enfin, presque) ce que vous auriez toujours du savoir sur le nucléaire et qu’ils vous ont caché

Tout (enfin, presque) ce que vous auriez toujours du savoir sur le nucléaire et qu’ils vous ont caché

Keywords: Énergie nucléaire
Niveau: België
Publié: 02/2012
Auteur: IEW
Bureau: Pierre Titeux

"Het is van belang om te beschikken over juiste en betrouwbare informatie over de impact van nucleaire technologie op ons dagelijks leven", aldus het Nucleair Forum. Wij zijn het daar roerend mee eens. Dit dossier licht een reeks feiten toe die vaak onvoldoende gekend zijn: de werkelijke kost van kernenergie, de sluier die rond deze industrie hangt en de gevolgen van "incidenten", de infiltratie van de pro-nucleaire lobby in beslissingsorganen,... Inzicht in deze feiten is onmisbaar om met kennis van zaken stelling te kunnen nemen in het nucleaire debat.


Rapport (FR) > Link

 

Definitieve berging van hoogradioactief en/of langlevend kernafval in een kleiformatie in de Belgisch-Nederlandse grensstreek

Definitieve berging van hoogradioactief en/of langlevend kernafval in een kleiformatie in de Belgisch-Nederlandse grensstreek

Keywords: Déchets nucléaires, Énergie nucléaire
Niveau: Belgique
Publié: 10/2010
Auteur: Greenpeace
Bureau: Willy Weyns

Dans son projet de plan relatif aux déchets, l’ONDRAF préconise le stockage géologique des déchets hautement radioactifs et/ou « à vie longue » (déchets des catégories B et C) dans les couches d’argile. Ce rapport fait un état des lieux des recherches scientifiques relatives au stockage des déchets radioactifs dans les couches d’argile belges.

Ni les couches d’argile de Boom ni celles d’Ypres ne répondent aux critères dégagés par la Commission européenne en 1980 concernant le stockage souterrain des déchets nucléaires. Celle de Boom n’est ni assez étendue ni assez homogène ; elle présente des fissures actives et semble être trop perméable à l’eau. L’argile est en outre un mauvais conducteur pour la chaleur relâchée au cours de la désintégration nucléaire, ce qui ajoute aux incertitudes concernant l’intégrité de la couche. Quant à celle d’Ypres, malgré son étendue suffisante, elle présente les mêmes faiblesses que celles évoquées ci-dessus.

Il existe donc toujours une incertitude fondamentale quant au stockage des déchets hautement radioactifs et/ou des déchets « à longue vie » dans les couches d’argile, et en particulier en ce qui concerne la composition des déchets à stocker ainsi que l’interaction entre les matériaux de stockage et l’argile environnante.


Rapport (NL) > Link